Dépendance affective

Les personnes qui souffrent de dépendance affective ont un besoin maladif d’être aimé et elles sont esclaves de leurs passions amoureuses.
Elles s’appuient exagérément sur l’être aimé et vivent pour lui et à travers lui !
Elles sont comme des puits sans fond que rien, ni personne ne peut combler.
A cause de leurs carences affectives et narcissiques, les personnes affectivo-dépendantes existent difficilement sans l’autre et elles ressentent un intense sentiment de vide et d’insécurité sans la présence de l’être aimé.
Au-delà des apparences, ces individus sont sur le plan affectif, des hommes-enfants ou des femmes-enfants, en recherche inconsciente du bon parent, bienveillant, généreux et sécurisant.
L’origine de la dépendance affective prend généralement racine dans la petite enfance quand le bébé est encore dans un état de prématuration qui l’oblige à vivre dans une complète dépendance vis à vis de son environnement familial.
Si un traumatisme précoce survient chez l’enfant et désorganise son petit moi en construction, cela génère de l’angoisse et crée un sentiment d’insécurité.
De même, si le bébé ou l’enfant est victime régulièrement d’un mauvais accompagnement parental et de multiples frustrations affectives et sensorielles répétées, il va naturellement se couper de sa souffrance et de ses manques en les refoulant à l’arrière plan de son être.
Avec le temps, tout cela va générer de fortes tensions, non seulement dans le corps mais aussi dans la personnalité.
Un jour, à l’adolescence ou à l’age adulte, lors des premières relations amoureuses, l’être aimé, celui que l’on croit être le prince ou la princesse charmante, va compenser les carences affective et l’insécurité du sujet prédisposé à la dépendance affective, permettant à celui-ci de se sentir provisoirement comblé et complet.
Une fois cette étape passée, les souffrances archaïques vont naturellement réémerger et assombrir la relation exactement comme quand après une belle matinée ensoleillée, les nuages obcurcissent le ciel et masque le soleil.
La personne affectivo-dépendance, en mal d’amour et de reconnaissance, va alors demander à l’autre plus que ce qu’il peut lui donner !
Frustrée, insécurisée et souvent en colère, elle va s’accrocher désespérément à l’être aimé pour ne pas couler dans l’angoisse et la mélancolie.
Un travail sur soi sera absolument nécessaire afin de libérer et de renforcer la personnalité.