LA PSYCHOLOGIE ORIENTALE

« Les âmes sont immortelles mais les âmes des vertueux sont immortelles et divines »
Socrate

Alors que la psychologie occidentale se définit comme un système scientifique basé sur l’étude du psychisme, des émotions, de la mémoire, des comportements et des productions de l’inconscient, la psychologie orientale se considère comme un système évolutif et spirituel dont le modèle transcende la vision étroite d’un individu limité par sa mémoire, sa génétique et son inconscient personnel.

La psychologie orientale en lien notamment avec le bouddhisme, l’hindouisme et le yoga, enrichit la psychologie moderne d’un certain nombre de notions plus ou moins inconnues en Occident.

Parmi cet immense corpus de connaissances directement lié à de longues pratiques ascétiques et à de profondes expériences spirituelles qui se sont transmises et vérifiées au fil des âges, citons les concepts d’énergie (prâna et akâsha), de corps subtils (kosha), de mémoires et de conditionnements en lien avec des vies antérieures (samskâra et vâsanâ), d’âme qui voyage pour apprendre et évoluer de vie en vie et de corps en corps (Jiva) et de Soi non conflictuel, stable et non sujet à la souffrance (Âtman).

Suivant la culture dans laquelle l’individu aura grandi, sa psychologie sera différente, l’Occidental pensera que son cerveau et sa personnalité contrôlent les événements de sa vie et il se sentira généralement responsable de ses succès et de ses échecs alors que l’Oriental croyant au karma, en la réincarnation et en une force cosmique intelligente qui gouverne sa vie et son destin, y verra un enchaînement de causes et d’effets que l’on pourrait résumer de façon lapidaire par l’expression arabe « mektoub » signifiant « c’était écrit » ou celle latine de « fatum » voulant dire : le destin, la fatalité.

LE YOGA DE L’INCONSCIENT

« Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi »
Allan Kardec

Le yoga de l’inconscient (chitta yoga) est essentiellement un travail sur les mémoires du passé qui consiste en un processus de nettoyage de la psyché et d’érosion des désirs compulsifs subconscients.

Ces mémoires sont selon les traditions hindouiste et bouddhiste des vestiges de vies antérieures à l’origine d’un grand nombre de nos difficultés existentielles présentes.

Le célèbre psychiatre et psychanalyste suisse Carl Gustave Jung quant à lui rattachait ce qu’il nommait « le mythe de la réincarnation » à l’inconscient collectif et aux archétypes et le psychiatre yougoslave Stanislas Grof, confronté régulièrement durant ses séances de psychothérapie à ce type de matériaux psychiques transpersonnels, les nomma : système d’expériences condensées (système COEX).

Sous l’influence d’un certain nombre de psychanalystes adeptes de la théorie de la transmission transgénérationnelle des conflits non résolus, la psychologue et psychothérapeute Française Anne Ancelin-Schützenberger, professeur émérite de l’université de Nice / Sophia-Antipolis et spécialiste de la psycho-généalogie et du génosociogramme présupposa l’existence d’une mémoire familiale et ancestrale.

Elle affirma que nous portons de façon inconsciente l’histoire de nos ancêtres, sans même savoir que nous la portons et que nous sommes influencés par ces transmissions transgénérationnelles faites de de secrets, de dettes, d’échecs, de peurs, de honte ou de culpabilité mais aussi de ressources et de dons.

Selon cette psychothérapeute et chercheuse en psychologie, ces liens invisibles quand ils sont négatifs sont à l’origine d’un certain nombre de ratages et de répétitions qui limitent notre liberté, notre santé et notre créativité ; comme le disait souvent le célèbre psychanalyste Suisse Carl Gustave Jung : « ce qui ne parvient pas à la conscience, revient sous forme de destin ».

BUT DE CE YOGA MENTAL

« En faisant samyama sur le passé, on obtient la connaissance des vies passées » 
Yogas-sutras de Patanjali

Ce yoga mental proche à la fois de la technique du « lying » du célèbre maître spirituel bengali Swami Pajnanpad et de l’hypnose spirituelle du Dr Brian Weiss, permet de purifier et de neutraliser les informations parasites et les émotions réactives qui se sont cristallisées dans le corps et dans l’esprit à cause du refus de certaines situations passées, vécues comme indésirables ou insupportables.

Le refus par rapport au réel de la vie a créé un phénomène de fermeture dans le « corps-conscient » à l’origine des tensions, des crispations et des somatisations (viscérales, tissulaires et cellulaires).

Si la peur et la colère induisent le refus et la fermeture, l’amour et la confiance engendrent l’acceptation et la libre circulation de l’énergie de vie.

Le yoga de l’inconscient (chitta yoga) se propose de développer un état d’esprit basé sur l’accueil et l’acceptation de ce qui est « ici et maintenant » afin de laisser jaillir et pulser les souvenirs du passé proche ou lointain notamment les mémoires de vies antérieures.

Plutôt que de parler de  mémoires de vies antérieures , je préfère pour ma part utiliser le terme de  traces mnésiques transpersonnelles.

PSYCHOLOGIE OCCIDENTALE ET RECHERCHE SUR LA RÉINCARNATION

« En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu’il nous voit bien différent de ce que nous croyons être » 
Carl Gustav Jung

Dans le domaine de la psychologie moderne occidentale de plus en plus de psychologues, de psychothérapeutes et de médecins psychiatres commencent à s’intéresser et à explorer la piste de la réincarnation et de la mémoire des vies antérieurs, citons quelques-uns de ces spécialistes :

  • Dr Ian Stevenson
  • Dr Jim Tucker
  • Dr Michaël Newton
  • Dr Roger Woolger
  • Dr Rüdiger Dahlke
  • Dr Morris Netherton
  • Dr Raymond Moody
  • Dr Paul Von Ward
  • Dr Andy Tomlinson
  • Dr Deepak Chopra
  • Dr Tal Schaller
  • Dr Brian Weiss (Hypnose spirituelle)
  • Dr Stanislas Grof (Respiration holotropique)
  • Dr Helen Wambach (Hypno-régression)
  • Edgar Cayce (Lectures de vies)
  • Dolores Cannon (Hypnose Régressive Quantique)
  • Patrick Drouot (Régression spacio-temporelle)
  • Denise Desjardins (Technique de Lying de Swâmi Prajnânpad)
  • Carole Bowman (Past Life Regression)
  • Léonard Orr (Rebirthing)
  • Bernard Raquin (Thérapie de la réincarnation)

THÉORIE SUR LES TRAUMAS DE VIES PASSÉES

Selon l’hypothèse réincarnationniste, notre être essentiel est par  nature spirituel et immortel.

Selon les pays et les traditions, cette Conscience-consciente indestructible et évolutive est nommée différemment ; par soucis de simplification je l’appellerai : « Âme-personnalité » .

Dans l’optique réincarnationniste, l’âme-personnalité voyage de vie en vie et de corps en corps pour apprendre, comprendre, évoluer et se libérer des voiles successifs de l’ignorance, de la violence et de la souffrance.

La psychologie orientale et les grands maîtres spirituels orientaux affirment qu’une grande partie de nos difficultés actuelles sont la résultante de nos existences précédentes et de nos dettes karmiques.

Au cours de ses pérégrinations (appelées Samsara ou Roue des réincarnations en Orient) et de ses  très nombreuses expériences positives et négatives, l’âme-personnalité accumule  un certain nombre de qualités, de capacités et de ressources mais aussi de traumas, de blessures, d’habitus et d’engrammes qui figent l’énergie de vie (le Mana ou la libido au sens jungien du terme) et favorisent les compulsions, les répétitions, les ratages et les évitements.

Ces mémoires négatives et ces émotions non digérées, accumulées en fil des vies et présentes dans l’inconscient, ralentissent l’évolution de l’âme-personnalité et limite sa liberté et sa créativité.

Grâce au processus de régression dans les vies antérieures, l’expérimentateur en retrouvant et en revivant des événements qui transcendent le niveau biographique et périnatal, pourra généralement se libérer d’agents stresseurs inconscients et de charges émotionnelles intenses, engrammés dans sa psyché.

RÉFLEXIONS PERSONNELLES

Au-delà de sa formation et de son système de croyances et de conditionnements, le psychanalyste ou le psychothérapeute se doit non seulement d’être sérieux, compétent et bienveillant mais aussi ouvert et tolérant, c’est pour cela qu’il doit prendre en compte tous les « matériaux » qui émergent du plus profond de la psyché de ses patients et cela même si ces derniers font référence à des vies antérieures.

C’est parce que des médecins psychiatres tels que le Dr Drian Weiss, le Dr Ian Stevenson ou le Dr Stanislas Grof avaient l’ouverture d’esprit d’un Carl Gustav Jung qu’ils ont pu effectuer des recherches scientifiques et des enquêtes précises, rigoureuses et méthodiques dans le domaine des vies antérieures et de la réincarnation de l’âme, et cela malgré le fait étonnant qu’à la base par leurs formations médicales et scientifiques, ils ne croyaient absolument pas en l’existence d’une mémoire contenant des souvenirs de vies passées.

Pour information, le professeur de Psychiatrie Ian Stevenson (31/10/1918 – 8/02/2007) a recueilli et étudié durant sa carrière plus de 3000 témoignages d’enfants à propos de souvenirs de vies passées et au regard du sérieux de son travail, ses recherches ont fait l’objet de publications scientifiques.

Il en va de même du professeur de psychiatrie Brian Weiss

Tous jugements dogmatiques de la part d’un professionnel de la psychologie, de la psychanalyse ou de la psychothérapie à l’encontre d’un sujet sain et non délirant, faisant référence à des vies passées, pourraient être nocifs ou anti-thérapeutiques  en bloquant le processus de symbolisation, la chaîne  de libre association et la possibilité d’intégration de matériaux psychiques archaïques, trans-personnels ou transgénérationnels.

Ce qui me semble le plus important dans ce type de processus, nommé par certains professionnels « régressions dans les vies antérieures », ou « régressions mémorielles », c’est que les personnes qui en font l’expérience par un accompagnement sérieux et méthodique, obtiennent généralement dans leur vie « actuelle » des améliorations notables qui peuvent prendre des aspects positifs différents suivant les gens.

CONCLUSION

Je trouve courageux tous ces psychiatres, ces psychologues et ces psychothérapeutes qui malgré les préjugés ambiants, le scepticisme scientifique  et le fanatisme religieux continuent leurs recherches et leurs accompagnements psychothérapeutiques  marginaux, aux risques d’être dénigrés et rejetés par leurs pairs.

De même, je suis admiratif du courage et de la détermination de ces éminents chercheurs et médecins (psychiatre, psycho-oncologue, cardiologue, chirurgien ou réanimateur) qui mènent des enquêtes rigoureuses sur « la vie après la vie ».

Citons quelques-uns des plus connues dans le domaine des EMI (Expériences de Mort Imminente) et des NDE (Near Death Experiences) :

  • Dr Raymond Moody (USA)
  • Dr Élisabeth Külber-Ross (USA)
  • Dr Jean-Jacques Charbonnier (France)
  • Dr Melvin Morse (USA)
  • Dr Éric Dudoit (France)
  • Dr Pin Van Lommel (Hollande)
  • Dr Sam Parnia (Grande-Bretagne)
  • Dr Jeffrey Long (USA)
  • Dr Steven Laureys (Belgique)
  • Dr Sylvie Dethiollaz (Suisse)
  • Dr Bruce Greysar (USA)

INFORMATIONS ANNEXES

Pour information, saviez-vous que cette croyance (quasi universelle) en la survie et la réincarnation de l’âme était partagée par les druides gaulois, gallois ou celtes, les prêtres égyptiens, les rabbins cabalistes, les chamanes, les parfaits cathares, les peuples bouddhistes, hindouistes ou shintoïstes, les musulmans alevi turc et certains soufistes, les pères de l’église chrétienne avant le concile de Constantinople en l’an 553 et l’abolition de la théorie de la palingénésie et de la métempsychose (St Augustin, St Grégoire de Nazianze, St Grégoire de Nisse, St Jérôme, Origène) ou les philosophes et penseurs (Appolonius de Tyane, Aristote, Giordano Bruno, Kant, Platon, Plotin, Plutarque, Pythagore, Socrate, Spinoza, etc.), les artistes et écrivains (Balzac, Dante, Dostoïevski, Flaubert, George Sand, Gérard de Nerval, Goethe, Paracelse, Voltaire, Victor  Hugo, Lamartine, Rudyard Kipling, Shakespeare, Tolstoï, Richard Wagner, Virgile, etc,) et tant d’autres personnages illustres tels que le Dalaï-lama , le Mahatma Gandhi, Mâ Anandamayî, Ramana Maharshi, le Général Patton, le scientifique Thomas Edison ou le grand médecin et philosophe suisse Paracelse….

Pour clore  cet article je donne la parole à Ma Anandamayî (30/04/1896 – 27/08/1982), qui comme Mata Amritanandamayî (Amma) était l’une des plus grande sainte du 20ème siècle qui naquit et vécu en Inde :

« L’homme est né pour l’accomplissement de son karma et de son cycle de renaissances. Un homme fort, un homme en qui le pouvoir divin se manifeste, peut changer son karma…. »

« la naissance d’un homme est relative à son karma (le fruit de ses actions dans les vies précédentes)….Nous avons un corps physique, un corps subtil et un corps causal. L’origine de notre corps causal c’est l’Atma  (le Soi). Tant que celui-ci ne s’est pas révélé le « va-et-vient » (le samsara, le cycle des réincarnations) se poursuit. L’Atma se révèle de lui-même. Le « va-et-vient »  est pour le Jiva (l’âme-personnalité qui voyage de vie en vie et de corps en corps).

Pour ce qui est de la révélation du Soi, il faut simplement soulever le rideau (le voile d’illusions de la maya)».

« Quoi que vous fassiez, consciemment ou inconsciemment votre mental en est marqué, que vous vous en rendiez compte ou non, c’est ce que l’on appelle samskâras. Celui qui a des yeux pour voir pourra discerner que ces impressions ou samskâras proviennent des vies antérieures».